L’héritage des Sœurs à Trochu s’étend sur plus d’un siècle

Nichées dans les collines de Trochu, les équipes du centre de santé St. Mary’s ont contribué à améliorer la qualité de vie des habitants de cette communauté rurale de l’Alberta. 

Ce que beaucoup ne réalisent peut-être pas, c’est l’histoire remarquable qui l’a fait vivre. St. Mary’s s’enracine dans un héritage de 110 ans de service et de compassion qui a commencé avec les Sœurs de la Charité de Notre Dame d’Évron en France.

Ce qui a poussé les Sœurs à se rendre dans une petite ville de l’Alberta en 1909 pour poursuivre leurs activités charitables à l’étranger, c’est l’agitation sociale à laquelle beaucoup de Sœurs en France étaient confrontées à l’époque dans leur pays natal. 

Après une mission exploratoire au début de cette même année, la ville de Trochu a été choisie comme lieu où huit sœurs fondatrices poursuivraient leur ministère et construiraient l’hôpital St. Mary’s, qui a été transformé en centre de santé St. Mary’s.

La mise en place d'un nouvel hôpital sur un terrain inconnu et impitoyable était un défi. Mais les sœurs ont persévéré et ont affronté des hivers brutaux consécutifs, animées par leur esprit de service et leur ministère pour cette nouvelle communauté.

"Les sœurs voulaient être au sein de la population et être disponibles pour répondre à leurs besoins," a déclaré sœur Thérèse Verrier.

"Elles ont créé une école et un hôpital pour desservir la communauté et les environs," ajoute sœur Thérèse, devenue sœur en 1952.

Puisqu’il n’y avait ni automobiles ni équipement lourd à l’époque, construire un hôpital était une tâche monumentale. Les matériaux devaient être transporté en calèche depuis la gare située à Olds et Didsbury, des villages avoisinants.

Sœur Thérèse dit que la communauté et les sœurs ont noué des liens solides et ont travaillé en étroite collaboration pour veiller à ce que les besoins de la population en matière de santé, d’éducation et de spiritualité soient satisfaits. Elle ajoute que la générosité et la coopération des habitants de Trochu ont vraiment contribué à faire avancer leur mission de 1909 à 1999, année de leur départ de Trochu.

"Certains des meilleurs souvenirs de ma vie ont eu lieu dans cette ville. J'ai apprécié mon séjour ici parce que nous sommes devenus comme une très grande famille. Nous avons accueilli et servi tout le monde, peu importe leur origine."

Sœur Thérèse, qui a grandi à La Corey, en Alberta, se souvient de la vaste gamme de services offerts par les sœurs, notamment l'assistance aux malades, l'enseignement, le jardinage et le nettoyage des installations de l'hôpital. 

"Les sœurs offraient de nombreux programmes, bien qu’une grande partie de leur travail fût consacrée aux soins de santé," explique Sœur Thérèse, qui a travaillé dans l'administration à l'hôpital de 1985 à 1997.  "Je pense que l'hôpital a été le plus grand héritage que nous avons laissé à la population."

Pour sœur Gloria Butler, âgée de 67 ans, c'est lors d'une visite chez les sœurs en 1974 qu'elle s'est rendu compte que Dieu l'appelait à servir.

"J’étais déjà infirmière autorisée à l’époque et je travaillais à l’hôpital St. Mary’s de Camrose. Je me suis rendu compte que si je voulais être heureuse dans la vie, je devais faire partie du travail que les sœurs faisaient pour aider les personnes dans le besoin." 

Sœur Gloria, qui a poursuivi sa carrière d'infirmière ici avant de déménager à Edmonton General, se souvient avec affection de son travail à la maternité ainsi qu’avec les personnes âgées dans les établissements de soins de longue durée. Elle se souvient des liens étroits qu'elle a tissé avec les habitants de Trochu et des communautés environnantes, en particulier les parents de jeunes enfants.

"Les résidents ici se souviennent encore du travail que les sœurs ont accompli au fil des ans," explique sœur Gloria.

"Des personnes d'autres communautés viennent ici pour visiter et apprendre comment tout a commencé," déclare Sœur Gloria, qui vit maintenant à l'étranger et fournit des soins de santé et des soins pastoraux au Pérou.

Bien que le riche héritage de compassion des sœurs se perpétue, leurs nombres diminue. Il ne reste plus que 11 sœurs de la congrégation au Canada; qui résident toutes à Edmonton



Contribute to The Vital Beat

Have a story to share about health care? An idea for an article? We value all contributions.

Submit an idea